La coupe menstruelle empêche-t-elle un choc toxique ?

Le syndrome du choc toxique est une maladie rare. Elle a cependant réussi à encore faire parler d’elle récemment. En effet, depuis quelques années, les médecins ainsi que les femmes, s’inquiètent du retour et de la recrudescence de cette maladie. L’usage du tampon a été maintes fois relevé comme une des principales causes de cette maladie. D’ailleurs, certains spécialistes du milieu n’hésitent même pas à la surnommer comme la maladie du tampon. Face à cette situation, de nombreuses femmes se sont mis à la coupe menstruelle. Qu’en-est-il vraiment de la coupe menstruelle ? Empêche-t-elle un choc toxique ? Réponses et explications ici !

Qu’est-ce que le SCT ?

Le syndrome du choc toxique est une maladie rare. Elle touche environ une femme sur 100 000. C’est le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) qui est la bactérie qui cause cette maladie. Cette bactérie produit, en effet, une toxine agressive qui, une fois arrivée dans le sang, cause le choc thermique.

avoir regles

Aussi rare soit le choc toxique, il s’agit d’un véritable danger pour la femme et la maladie est en pleine recrudescence. Par ailleurs, il faut savoir que 10 à 20 % de femmes portent naturellement le staphylocoque doré a une période de leur vie. Même si ces bactéries sont naturellement combattues par les anticorps, le risque est toujours présent.

Quel est le facteur de risque de contracter le SCT ?

Le principal facteur de risque mis en cause jusqu’à ce jour par les études scientifiques est l’exposition des flux menstruelles à l’air et à la chaleur. C’est une des raisons pour lesquelles, le tampon est gravement incriminé dans les risques de contracter un syndrome du choc thermique. En effet, niché au fond du vagin, le tampon crée un lieu de culture approprié aux bactéries puisque le fluide menstruel, une fois absorbé reste au chaud et est en plus exposé à l’air.

Dans ces conditions, plus le tampon reste longtemps à l’intérieur et absorbe les règles, plus la quantité de bactéries augmentera. D’où un risque certain de SCT. Par ailleurs, certains doutes planent sur une probable remise en cause des matières avec lesquelles les tampons sont fabriqués. Certaines de ces matières pourraient aussi causer l’augmentation des bactéries en période de règles.

 

Quid de la coupe menstruelle ?

sct guideLa matière avec laquelle les coupes menstruelles sont fabriquées sont mieux connues du public. Il s’agit d’une matière qui respecte le Ph du vagin. La façon même de placer la coupe menstruelle en ventouse sur la paroi du vagin permet d’éliminer le contact avec l’air.

Par conséquent, on peut dire que la coupe menstruelle réduit le risque d’exposition à l’air, qui est un facteur de risque au SCT. Il faut noter cependant noter que, du fait que la coupe menstruelle stocke le sang dans le vagin, elle présente néanmoins un risque faible. Comparé à un tampon, la coupe menstruelle est plus sure, le risque est plus faible, mais n’est pas à exclure. La coupe menstruelle permet de réduire le risque du SCT, mais n’empêche nullement l’apparition de cette maladie.

En effet, on a déjà dénombré un ou deux cas de femmes qui utilisaient la coupe menstruelle et qui ont été atteintes de SCT. Il faut se rappeler tout de même que le SCT n’est pas seulement causé par les menstruations, les blessures ou toutes infections du système immunitaire peuvent l’engendrer aussi. Les études ont toutes souligné que le risque de contracter le SCT atteint des proportions plus inquiétantes chez celles qui utilisent des tampons, comparés à celles qui choisissent la coupe menstruelle.

Enfin, il convient de noter que ce n’est pas la coupe menstruelle qui constitue un facteur de risque à la SCT, mais plutôt une mauvaise utilisation de celle-ci.

by